CIDD : ce qui change en 2014

Partagez l'article sur les réseaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Longtemps discutée et débattue, la réforme du Crédit d’Impôt Développement Durable est entrée en vigueur au 1er janvier dernier. Quelques précisions sur ce qui change dans cette version 2014. 

Plus que deux taux

La nouvelle mouture du crédit d’impôt tend à le simplifier. Les multiples taux applicables en fonction des travaux dans la version 2013 ont donc laissé place à deux taux. Ainsi, pour une action d’éco-rénovation seule, une déduction des impôts de 15% du montant des travaux pourra être appliquée, tandis que pour un bouquet de travaux (au moins deux types de travaux d’éco-rénovation conjugués), le taux s’élève à 25 %. 

Les travaux éligibles

La liste des travaux éligibles a également été modifiée. Désormais, vous pourrez bénéficier du CIDD si vos travaux portent sur :

  • une chaudière gaz à condensation
  • un chauffe-eau solaire
  • une pompe à chaleur air-eau
  • une pompe à chaleur géothermique
  • une chaudière à bois
  • un poêle à bois
  • l’isolation de fenêtres (uniquement en appartement ou dans le cadre d’un bouquet de travaux pour les maisons individuelles)
  • l’isolation des combles ou des murs
  • l’isolation du sol
  • un chauffe-eau thermodynamique

 

En sont donc désormais exclus les travaux pour les installations photovoltaïques et les systèmes de récupération de l’eau de pluie. 

Les bouquets de travaux

Pour que vos travaux entrent dans le cadre des bouquets et vous permettent de bénéficier des 25% de crédit d’impôt, ceux-ci doivent appartenir à deux catégories de travaux éligibles différentes dont voici le détail :

 Categorie-de-travaux-CIDD

Source: quelleenergie.fr

 

Les conditions de revenu

La grande nouveauté de 2014 tient également au fait que le CIDD est désormais conditionné par le revenu fiscal de référence. Ainsi pour être éligible en action seule, votre revenu doit être inférieur à 24 043 € pour la première part du quotient familial, montant auquel on ajoute 5617€ pour la première demi-part supplémentaire puis 4421€ pour les demi-parts supplémentaires suivantes. 

Ainsi, si votre revenu dépasse ce plafond, vous devrez obligatoirement passer par les bouquets de travaux pour bénéficier du crédit d’impôt. 

De même, si le CIDD est toujours cumulable avec l’éco-prêt à taux zéro, ce cumul n’est valable que pour certains foyers soit les célibataires dont le revenu fiscal est inférieur à 25 000€ et les couples mariés ou pacsés dont le revenu est inférieur à 35 000€.  

Par ailleurs, les propriétaires-bailleurs qui auparavant pouvaient cumuler le CIDD et la déduction des charges sur le revenu foncier dans le cadre de travaux effectués dans leurs biens à louer ne sont désormais plus éligibles au crédit d’impôt. 

En ce qui concerne l’isolation thermique…

L’isolation thermique tire profit de cette nouvelle version du CIDD puisqu’elle permet une déduction à hauteur de 25% dans le cadre des bouquets contre seulement 23% en 2013.

Pour l’isolation thermique, le prix reste plafonné à 150€/m² pour l’isolation thermique par l’extérieur et à 100€/m² pour l’isolation thermique par l’intérieur. Une performance thermique minimale est également demandée pour ce type de travaux, que vous pouvez consulter dans notre article “Matériaux isolants : comment choisir?”.

 

Pour bénéficier du CIDD, pensez à l’isolation thermique. Contactez un professionnel qui vous guidera dans votre projet

D'autres articles