Isolation thermique par l’extérieur : quels sont les matériaux à privilégier ?

isolation_thermique_exterieur

Partagez l'article sur les réseaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Procéder à l’isolation thermique de son logement par l’extérieur présente de nombreux avantages comme un meilleur confort (en particulier lors du froid hivernal ou de la canicule estivale), des économies d’énergies ou encore la suppression des ponts thermiques et problèmes d’humidité comme la moisissure. Pour en savoir plus sur les avantages de l’isolation thermique par l’extérieur, n’hésitez pas à consulter cet autre article d’Isolavenir sur le sujet.

Rappels sur le principe de l’isolation par l’extérieur

L’isolation thermique par l’intérieur (ITI) s’effectue en apposant un isolant thermique à l’intérieur de la maison variant de 10 cm (planchers) à 30 voire 40 cm d’épaisseur (combles perdus). Il faut donc en tenir compte en termes de perte d’espace intérieur chez vous.

L’isolation thermique par l’extérieur consiste quant à elle à fixer les isolants dehors, sur les murs extérieurs. On y installera ensuite la finition pour conserver l’aspect esthétique extérieur de l’habitat. En installant ces dispositifs dehors, on renforce également la façade contre les intempéries ; un plus non-négligeable dans les régions marquées par les pluies ou le vent violents par exemple ! Cependant, quels sont les matériaux les plus efficaces pour une bonne isolation par l’extérieur ?

4 grands types d’isolants

On identifie plusieurs types d’isolants pour l’extérieur, à savoir :

  • Les synthétiques tels que le polyuréthane, le polystyrène extrudé ou le polyisocyanurate
  • Les minéraux comme la laine de roche ou la laine de verre
  • Les naturels issus de fibre animale ou végétale comme le liège, le chanvre, la laine de mouton, la fibre de bois ou les plumes de canard.
  • Les matériaux composites comme la fibre de verre

Comment choisir son matériau pour l’isolation extérieure ?

fibre_de_verre
La fibre de verre résiste mieux aux environnements humides

Choisir son type d’isolant dépendra du budget alloué à vos travaux d’isolation thermique par l’extérieur. Les ménages les plus sensibles à l’environnement privilégieront les isolants naturels plutôt que les synthétiques faits de plastique. Autre critère de choix essentiel : les caractéristiques thermiques. A noter que vous serez éligible aux aides financières pour la rénovation énergétique seulement si des performances minimums sont respectées.

Le climat de votre région ou de votre zone géographique va également influer sur le choix de votre matériau pour procéder à cette isolation thermique. Un indice noté par la lettre M indiquera par exemple la résistance au feu de tel ou tel matériau ; pour les zones plus à risque en termes d’incendie, on privilégiera les matériaux en laine minérale (laine de roche ou laine de verre).

Enfin, l’indice noté μ permettra de connaître le taux de résistance à l’humidité. Cette dernière étant très variable selon votre zone géographique et votre environnement immédiat, c’est donc un autre critère essentiel à prendre en compte. Plus votre zone sera propice aux précipitations, plus ce critère μ devra être faible. Par exemple, pour un lieu de résidence dans un environnement humide, il sera conseillé de faire poser de la fibre de verre ou bien du polyuréthane.

En tant que spécialiste de la rénovation, dont l’isolation thermique par l’extérieur, Isolavenir peut bien entendu vous conseiller sur les matériaux à privilégier selon votre habitat, votre budget et votre zone géographique. Nous rappelons que nous intervenons dans les Bouches-du-Rhône, le Var, le Vaucluse ainsi que les Alpes de Haute Provence pour vos travaux d’isolation intérieure et extérieure.

D'autres articles