Certifications et labels : mode d’emploi

Face à l’exigence croissante à la fois des Etats et des particuliers en faveur de constructions durables et efficaces énergétiquement, de nombreux labels ont vu le jour pour attester de cette efficacité et du respect de certains critères. Mis en place au départ pour guider les particuliers dans leurs choix, leur nombre a néanmoins tendance à un peu nous perdre. C’est pourquoi nous vous proposons un tour d’horizon de ces différents labels.

Les labels de la construction durable

Différents labels existent pour attester de la qualité d’un bâtiment et du respect de certains normes et critères au cours de la construction.

  • La démarche Haute Qualité Environnementale

Cette démarche prend en compte le respect de 14 objectifs dans des domaines tels que la santé, le confort, l’éco-conception et l’éco-gestion. Elle garantit notamment la qualité de l’eau, de l’air, la gestion de l’humidité, des économies au niveau des charges et valorise le bien qui y est soumis.

  • La certification NF-HQE

La certification NF-Maison individuelle est attribuée par le Cerquami, un organisme de certification de qualité en maisons individuelles, selon des critères à la fois de relation client mais aussi environnementaux. Pour les habitations collectives et groupées, son équivalent est la certification NF-Logement délivrée par le Cerqual.

  • Le label Habitat et environnement

C’est un label décerné selon différents critères portant sur la santé et le confort de la maison ainsi que sur différents aspects spécifiques au chantier comme la gestion de l’eau, sa propreté ou encore le choix des matériaux. Des critères énergétiques et environnementaux sont également pris en compte.

Les labels de performance énergétique

Dans le neuf

  • Le label HPE (Haute Performance Énergétique): il concerne les bâtiments permettant une économie d’énergie de 10% par rapport aux normes imposées pour les bâtiments neufs.
  • Le label THPE (Très Haute Performance Énergétique) : selon le même principe, il est attribué aux bâtiments permettant une économie d’énergie de 20%.
  • Le label BBC (Bâtiment basse consommation) était attribué aux bâtiments permettant une économie d’énergie de 50% avant la RT 2012 qui a fait de la limite de consommation du label BBC (50 kWhep/m²/an) la norme pour les bâtiments neufs.
  • Le label BEPOS ou bâtiment à énergie positive concerne les constructions produisant plus d’énergie qu’elles n’en consomment.

En rénovation

Certains labels peuvent s’appliquer aux bâtiments anciens rénovés

  • HPE rénovation 2009 : est attribué aux bâtiments rénovés ne dépassant pas les 150 kWh/m²/an de consommation en énergie primaire.
  • BBC Rénovation : pour les bâtiments rénovés dont la consommation en énergie primaire n’excède pas les 80 kWh/m²/an (avec une adaptation possible de ce plafond selon les zones climatiques et l’altitude)
  • Le BEPOS, qui s’applique pour le neuf comme pour l’ancien rénové.
  • La RT Existant : elle se décline en deux catégories, la RT existant globale qui concerne les rénovations lourdes et la RT existant élément par élément qui s’applique dans les autres cas. Elle concerne 8 points différents de rénovation : l’isolation des parois opaques, celle des parois vitrées, le chauffage, l’eau chaude sanitaire, le refroidissement et la ventilation mécanique, l’éclairage non résidentiel et les énergies renouvelables. Dans ces différentes catégories et pour être conforme à cette règlementation, le professionnel devra utiliser des produits dont les performances énergétiques sont au moins égales à celles évoquées dans l’arrêté du 3 mai 2007

Autres labels

Certains associations et organismes dispensent leurs propres labels, comme c’est le cas pour les suivants.

  • Le label Effinergie : il met l’accent sur l’isolation, l’étanchéité de l’air et la maîtrise du renouvellement de l’air. Son obtention permet aux propriétaires d’obtenir une extension du COS, une réduction de la taxe foncière ainsi qu’un crédit d’impôt en cas d’installation d’équipements à énergie renouvelable.
  • Le label PassivHaus récompense les maisons passives, c’est à dire qui assurent un confort intérieur, été comme hiver, sans chauffage traditionnel et sans climatisation. Leur besoin annuel en chauffage doit être inférieur ou égal à 15kWh/m²/an. En outre, ce label prend en compte l’isolation de la maison, son orientation ainsi que la chaleur solaire récupérée.
  • Le label Minergie : pour tous les types de bâtiments avec une consommation inférieure à 38 kWh/m²/an en neuf et à 60 kWh/m²/an en rénovation.
  • Le label Qualitel : est attribué aux logements neufs dont les caractéristiques techniques vont au-delà de la réglementation dans les domaines thermique, électrique, de la plomberie et/ou acoustique.

Les labels et certifications propres à l’isolation

Certains labels de qualité s’adressent plus spécifiquement à l’isolation des maisons.

  • Le label Acotherm : il est délivré par le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) et permet de classer les menuiseries en fonction de leur performance en termes d’isolation acoustique et thermique.
  • Les avis du CSTB ne sont pas des labels à proprement parler, mais ils permettent, concernant un produit isolant par exemple, d’en certifier la qualité.
  • La certification ACERMI (Association pour la Certification des Matériaux Isolants), permet de confirmer la validité des informations techniques inscrites sur un produit isolant.
Partagez l'article :
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Vous souhaitez en savoir plus ?