La toiture, une priorité pour ne plus gaspiller votre argent !

Partagez l'article sur les réseaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

L’isolation de votre toit devrait être une priorité quand on sait que 25 à 30% des déperditions thermiques  d’une maison proviennent de la toiture… et ces pourcentages peuvent malheureusement augmenter si votre toiture est vieillissante. Toutefois, il est important de se poser les bonnes questions avant d’engager des travaux de rénovatsarkingions : quel choix d’isolation, quels sont les aides financières, quelles sont les démarches à entreprendre ?….

 Que faut-il savoir sur sa toiture ?

  • Existe-t-il une isolation et est-elle toujours efficace ? Pour savoir si votre toit est énergivore, il faut dans un premier temps, monter dans vos combles et vérifier l’état intérieur de votre toiture. Si votre maison n’a toujours pas d’isolation, c’est le moment d’y penser et de faire appel à un professionnel pour déterminer la solution la plus adaptée à votre type de maison. Dans le cas où vous constatez l’existence d’une isolation, il est intéressant de se pencher sur son efficacité afin de savoir si les performances ne sont pas amoindries : y a-t-il des problèmes liés à l’humidité, présente-t-elle des traces de moisissures, est-elle attaquée par les insectes ou les rongeurs ?
  • Est-ce que la toiture doit être rénovée dans son ensemble ou partiellement ? Les déperditions de chaleur peuvent avant tout être causées par des fuites localisées ou sur une porosité de la couverture
  • Y a-t-il un problème d’étanchéité ? Il est essentiel de rendre les parois isolées étanches à l’air et empêcher la vapeur d’eau de migrer vers l’extérieur : cela permet notamment d’éviter la condensation et moisissures.
  • Pour améliorer son isolation thermique, il est primordial de s’assurer de l’étanchéité de sa toiture et l’avis d’un expert pourra vous aider à y voir plus clair.

 Quelles sont les conséquences d’un toit mal isolé ?

  • L’air chaud de votre intérieur va s’échapper, ce qui va engendrer des pertes considérable de chaleur et donc un gouffre financier.
  • Le confort de votre maison sera également diminué : en hiver,  vos combles seront difficiles à chauffer ; en été, vous subirez une trop forte chaleur du fait que la toiture reçoit le plus de rayonnement solaire.

 Quels sont les meilleurs choix d’isolation et comment agir ?

Vaut-il mieux isoler par l’intérieur ou par l’extérieur ? Les solutions dépendent en grande partie de l’état de vos combles… et de celui de vos finances.

Pour éviter les pertes de chaleur Côté intérieur, on applique une membrane d’étanchéité. Côté extérieur, on pose un écran de sous-toiture. Il empêche le vent de s’engouffrer et la pluie de pénétrer, et améliore l’efficacité thermique de la toiture.

  •  Méthode du sarking proposé par Isover. Il s’agit d’une pose d’un lit continu d’isolant rigide (laine minérale, fibre de bois ou encore panneaux de polystyrène ou de polyuréthane) sur  une mince planche de bois (appelé une volige), entre la charpente et la couverture. L’avis d’un expert est nécessaire pour savoir la charpente est apte à recevoir un tel poids supplémentaire.
  • Méthode du MIX GPE (Grande Performance Energétique) proposé par Valetch. Cette combinaison d’isolation à la fois par l’intérieur et par l’extérieur permet une haute performance  termique et acoustique : par l’intérieur, il s’agit d’utiliser un isolant végétal ainsi qu’une isolation multicouches réflecteur avec laine de lin ou de coton (TechTOIT) ; par l’extérieur, 3 techniques sont utilisées, à savoir le TechVap (par vapeur-air), le Magripol (isolant végétal + l’isolation multicouches), le TechPRO (combinaison de la technique TechTOIT + une isolation avec écran de sous toiture HPV intégré).
  • Méthode d’isolant à faible épaisseur : l’isolation se fait également de l’intérieur et de l’extérieur avec d’une part la technique du TechTOIT en intérieur et la technique du TechPRO en extérieur

 Si vous avez des doutes, vous pouvez faire réaliser un diagnostic de performance énergétique (DPE) de votre maison par un diagnostiqueur certifié. Celui-ci vous aidera à mesurer précisément les déperditions énergétiques de votre toit et à déterminer la nature

Quelles sont les aides financières pour vos démarches de rénovations ?

Le crédit d’impôt développement durable : dispositif en vigueur jusqu’en 2015 (détails sur ecocitoyens.ademe.fr)

    • Les conditions pour en bénéficier :
      • Etre locataire ou propriétaire occupant ou occupant à titre gratuit, et être fiscalement domicilié en France
      • Revenu fiscal avec un plafond à ne pas dépasser
      • Avoir soit une maison individuelle soit un appartement, être la résidence principale et doit être terminé depuis plus de 2 ans
      • Des conditions supplémentaires à connaître :
        • Matériaux utilisés et travaux réalisés doivent provenir d’une seule entreprise
        • Crédit d’impôt possible si le DPE est expertisé par un une seule fois sur une période de 5 ans.
      • Un montant plafonné :
        • Plafond du montant des dépenses qui s’apprécie sur une période de 5 années consécutives.
        • Crédit d’impôt calculé sur le montant des dépenses éligibles, déduction faite des aides et subventions reçues par ailleurs.
      • Deux évolutions majeures en 2014 : il n’existe à ce jour que deux taux (15 et 25%), en fonction du niveau de revenu des ménages et du type d’action réalisé

L’éco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ) : valable avec un bouquet de travaux d’isolation thermique via un professionnel pour un bien immobilier dont la construction s’est achevée avant le 1er janvier 1990 (détails sur renovation-info-service.gouv.fr)

Certificat d’économie d’énergie : tous particuliers, entreprises ou collectivités qui réalisent des travaux d’économies d’énergie peuvent bénéficier de ces primes d’énergie qui seront payées par ECOinfos Energie Renouvelables (détails les-energies-renouvelables.eu

 Deux primes exceptionnelles proposées par l’Etat en fonction des revenus des ménages : l’une à 1350 € l’autre à 3000 € (détails sur renovation-info-service.gouv.fr)

 Pour tous travaux d’amélioration de la performance énergétique le taux de TVA applicable est de 5,5% au lieu de 10%

 Tous nos conseils et notre expertise avec IsolAvenir

D'autres articles